Castelli

Liste des produits Castelli

C’est à Milan, en 1876, que débute l’histoire de Castelli, même si la marque n’a officiellement vu le jour qu’en 1974. Depuis, le spécialiste italien du vêtement cycliste a su mettre à profit sa collaboration active avec les meilleurs coureurs du peloton professionnel, pour faire de l’innovation son leitmotiv. Désormais, ses produits comptent parmi les plus performants du marché.



L’histoire de Castelli remonte à la toute fin du XIXe siècle, à Milan. Le vélo n’en est qu’à ses balbutiements (Paris – Rouen se dispute pour la première fois en 1869 ; Bordeaux – Paris et Paris – Brest – Paris, en 1891 ; tandis que le Tour de France et le Giro d’Italia ne verront le jour qu’en 1903 et en 1909). D’ailleurs, il n’est pas encore question de vélo…


En route vers l’innovation


Nous sommes en 1876, à Milan, dans l’atelier d’un tailleur réputé, Vittore Gianni, qui équipe les footballeurs du Milan AC et de la Juventus ou les danseurs du Ballet de Milan. Dans les années 20, le Lombard Alfredo Binda commande une tenue sur mesure. C’est le début d’une belle collaboration avec le quintuple vainqueur du Giro. C’est aussi le point de départ d’une longue aventure cycliste.
En 1935, le visionnaire Armando Castelli intègre l’équipe de Vittore Gianni et, dès 1939, rachète l’entreprise, pour en prendre les rênes… Fausto Coppi, Gino Bartali, Louison Bobet, Rick Van Looy ou Jacques Anquetil sont de fidèles clients et le vélo devient l’une des activités principales de la maison milanaise… Bientôt commence une collaboration active avec des groupes sportifs de tout premier plan…
Né en 1948, le fils d’Armando, Maurizio, grandit avec la passion de la petite reine. Compétiteur junior émérite, il doit renoncer à une prometteuse carrière lorsqu’il chute et se brise la hanche… Précis et passionné, il apprend le métier auprès d’un père, adepte de la tradition et de la qualité. En 1972, Maurizio confectionne à Eddy Merckx, une révolutionnaire combinaison de soie, pour son record de l’heure. Mais l’esprit, peut-être trop innovant de Maurizio, cause la brouille du père et du fils. Ce dernier quitte la société familiale et en 1974, crée la marque Castelli dont l’emblème sera le scorpion…
D’emblée, comme on pouvait s’y attendre, les innovations s’enchaînent. En 1977 apparaissent les premiers cuissards en lycra. Encore noirs, ils passent à la couleur dès 1981 (on se souvient des cuissards bleu-turquoise de la formation Hoonved-Bottecchia, sur ce Giro 1981), tandis qu’en 1979, Bernard Hinault s’adjuge la Flèche Wallonne avec un maillot “windproof” à membrane coupe-vent… En 1983, Castelli remplace le traditionnel flocage de ses maillots par la sublimation, pour un champ des possibles pratiquement infini en termes de logos, d’inscriptions et de couleurs. Un an plus tard, la marque commercialise la première veste thermique “Thermodress”.
Mais, en 1995, c’est le drame. Alors qu’il monte la Cipressa (la mythique ascension de Milan - San Remo), Maurizio Castelli est victime d’une crise cardiaque. Il n’en réchappe pas… Coup d’arrêt à l’innovation. “The show must go on”.
La marque continue à innover. Mieux, elle révolutionne les tenues cyclistes de compétition. Castelli est d’ailleurs le premier manufacturier à utiliser les nano-technologies pour la confection de ses produits (que ce soient des vestes, des maillots, des cuissards ou même des gants). En 1996, la marque au scorpion sort sa première gamme de vêtements pour femmes, puis, en 1998, le premier cuissard à peau de chamois “moderne”, c’est-à-dire anatomique, le Projet-Y et les premiers traitements de tissus en méchage (PROSECO). En 2008, apparaît le premier isolant textile radian…

Castelli propose aujourd'hui tous les vêtements pour habiller complètement les cyclistes :



Des vêtements très techniques


Fort d’une incomparable expérience, Castelli fabrique désormais ses produits avec des tissus techniques, aptes à optimiser les performances de tout cycliste dans la plupart des conditions (météorologiques notamment) … L’utilisation des nano-technologies a permis à Castelli d’optimiser la protection contre le froid et/ou l’humidité.
Vous recherchez l’aérodynamisme et le soutien musculaire doublé d’une évacuation de l’humidité ? Le tissu Vortex (Vortex Fabric), alvéolé sur les jambes, est pour vous ! Vous souhaitez un séchage – presque – immédiat ? Le Vélocity Dry (polyester léger) en est capable, à moins que, par temps caniculaire, vous n’optiez pour le Stradapro 3D dont le tissage… 3D réduit le contact avec la peau.
Lorsque le vent souffle avec vigueur, le Windstopper XLite protègera, sans compression, avec d’énormes capacités respirantes… Pour un toucher “coton” et de l’élasticité, le Softlex Lite saura évacuer la sueur y compris lors des séances de home trainer ou pour les activités sur piste.
L’isolant PrimaLoft Yarn Insulation prendra soin de vos pieds, en gardant la chaleur corporelle tout en évacuant la sueur. Pendant ce temps, un autre tissu PrimaLoft, le Silver Insulation Active, se chargera des plus actifs. Conçu pour résister à la thermo-migration grâce à des fibres à traitement hydrofuge, c’est un impressionnant isolant thermique, très confortable et peu épais. Et puis, grand classique du coupe-vent et de la protection respirante contre la pluie, le Gore-Tex Active tient une bonne place dans la gamme du “scorpion”.
Ces tissus techniques se retrouvent dans une offre importante de vestes, maillots, collants, corsaires, cuissards, gants ou chaussettes pour cyclistes et triathlètes, ainsi que de vêtements “casual” ou de sacs. De cette offre numériquement importante, se détachent quelques produits phares qui ont fait la réputation de Castelli.
Les vestes/maillots Gabba et Perfetto Light arrivent en tête de liste ! Le concept Gabba, disponible en manches courtes ainsi qu’en manches longues, est fabriqué en tissu avec un traitement déperlant, résistant aux projections d’eau et respirant. Il est taillé pour la course, sans pour autant faire de concession au confort. Couvrant le bas du dos, Gabba protège efficacement des projections en tous genres, du froid et des conditions extrêmes… Plus light, Perfetto est prévu pour une utilisation plus polyvalente, avec un tissu Windstopper sur le devant, une protection et une ventilation optimale.
Les cuissards, grâce à des peaux de chamois résolument innovantes, complètent la liste. Trois concepts font référence. Le Progetto X2 Air cherche à optimiser le confort grâce à une couche ventilée skin-care double couche dotée d’un rembourrage à densité variable, efficace même sur très longue durée. Des inserts visqueux viennent compléter le dispositif sur les zones à forte pression que sont les ischions et le périnée. La peau Kiss 2 se positionne au sommet de la douceur, avec une mousse de densité supérieure et un tissu très souple. La réduction des frottements est accrue par l’absence de coutures de surface et la forme anatomique. L’interface est totale. Enfin, la Kiss-Tri, toujours en multi-densité et sans couture, est optimisée pour les positions aérodynamiques du cycliste, avec des capacités de séchage ultra-rapide.


À l’heure de l’utilisation


Cette débauche de technicité, largement développée en réel pour les pros de la formation Cervélo, puis par le Team Sky devenu Ineos, est désormais disponible en utilisation pour tous les passionnés de la petite reine. Or pour une optimisation des performances, il importe de respecter certaines “normes”, à commencer par le choix de la – bonne – taille.
Attention, Castelli a également développé une gamme de vêtements spécifiquement adaptés à la gente féminine. Cela commence par un cuissard spécialement taillé pour les dames. La peau de chamois est légèrement plus large que celle des hommes, les femmes ayant une assise plus spécifique. Cette même peau de chamois, en version hommes, remonte davantage sur le devant, afin d’assurer un confort optimal des parties intimes. Le cuissard n’est donc pas un vêtement comme un autre. Il n’est pas, par nature, unisexe, d’autant qu’il contribue largement au confort du cycliste, sur l’un des trois points d’appui (avec les pieds et les mains).
Le choix de sa taille est essentiel, afin que le port des vêtements concernés soit le mieux ajusté possible. Pour ce qui est des maillots et des vestes, il importe de garder en mémoire que les manches sont articulées vers l’avant, pour des questions purement aérodynamiques. En action cycliste, le tissu doit être près du corps, tandis qu’en position “piéton”, il doit être ajusté au niveau de la poitrine et un peu plus court sur le devant. Pour ce qui concerne les cuissards et collants, il importe d’opter pour une coupe et une taille suffisamment près du corps afin d’offrir un excellent soutien musculaire, sans que ne soit affectée la bonne circulation sanguine. Un guide des tailles est disponible ici.
Le bon entretien des vêtements sera gage d’une longévité optimisée. Pour cela, il importe de respecter les instructions de base inscrites sur l’étiquette blanche cousue à l’intérieur dudit vêtement. Elles concernent essentiellement le lavage. On veillera à fermer tous les zip et attaches velcro avant de mettre les vêtements à l’envers. Le lavage (manuel ou en machine) se fera toujours à moins de 40°C, sans adoucissant (l’adoucissant vient obstruer les pores du tissu, diminuant ses qualités physiques, en particulier pour ce qui concerne l’évacuation de l’humidité). Le séchage à plat sera privilégié. On évitera au maximum le sèche-linge, même si les Nano Flex, les softshell et les gilets coupe-vent pourront supporter des cycles doux (jusqu’à 20’) qui réactiveront le fini hydrofuge.
Innovants et très techniques, les vêtements Castelli trouveront une juste utilisation auprès de tous les passionnés de sport ou loisir cycliste, quelles que soient leurs pratiques et quelles que soient les conditions dans lesquels ils évoluent. Pour que la satisfaction soit totale, il faudra simplement veiller à appliquer quelques règles élémentaires de bon sens, afin de profiter au mieux, et le plus longtemps possible, des qualités techniques intrinsèques à chaque produit considéré.