Besoin d'aide ?

GROUPE ÉLECTRIQUE OU MÉCANIQUE : QUELLE TRANSMISSION VÉLO CHOISIR ?

L’introduction du groupe électrique pour vélo a marqué un tournant dans le monde du cyclisme, notamment la transmission. Le groupe de vélo mécanique, pour sa part, demeure un composant toujours très prisé et en constante amélioration.

Quels sont les atouts respectifs des groupes vélo électriques et mécaniques et dans quelles conditions vaut-il mieux opter pour une technologie ou pour l'autre ? Nos conseils pour bien choir.

Le groupe électrique : une révolution pour le vélo

Lors de l’introduction de la technologie Di2 (Digital Integrated Intelligence) de Shimano en 2009, le concept du groupe électrique pour vélo a été accueilli comme l’une des plus grandes révolutions de l’industrie du cycle. Comme toute révolution, il nourrissait l’enthousiasme de certains et suscitait le scepticisme d’autres cyclistes. Le groupe électrique s’est toutefois révélé un régal sur chaque kilomètre à vélo. Depuis, cette technologie a grandement évolué, à ne citer que l’introduction de la connectivité sans fil, et a même conquis l’univers du VTT. Ce type de groupe plaide malgré tout plusieurs avantages non négligeables.

Des changements de vitesses plus rapides et plus précis

 Le principal atout d’ordre technique des groupes électriques est sans aucun doute la rapidité des changements de vitesses. Sur le dérailleur arrière Campagnolo électrique EPS (Electronic Power Shift), on annonce un balayage des 11 pignons de la cassette de vélo, 25 % plus vite que sur un groupe mécanique pour vélo, et ce, d’un simple geste du doigt. Cette rapidité peut faire la différence dans les attaques et les relances, mais aussi au passage des terrains techniques, lorsqu’on utilise un groupe électrique sur un VTT.

Mais ces changements de vitesses ne sont pas seulement plus rapides, ils sont aussi plus précis. Étant donné que les dérailleurs électriques sont pris en charge par gestion électronique, la chaine du vélo est positionnée sur les pignons et les plateaux de manière optimale, avec une précision d’horloger. Ce facteur limite considérablement les frictions au niveau de la transmission, et améliore la durée de vie des éléments du groupe, qu’il s’agisse de la cassette, des plateaux de pédalier, des pignons de dérailleurs ou de la chaîne.

La connectivité à un smartphone ou un GPS vélo

Les groupes électriques offrent également une fonctionnalité immersive, à savoir la connectivité avec un GPS pour vélo ou un smartphone. C’est le cas des groupes Shimano Di2 et Campagnolo EPS. Grâce à cette fonctionnalité, il est possible d’afficher le braquet sur lequel la transmission est positionnée, mais aussi des informations cruciales, comme l’état des batteries du groupe. 

L’avènement de la transmission automatique

Le freinage et le changement des braquets ne sont que les débuts des évolutions technologiques permises par le groupe électrique. En effet, les chercheurs chez Baron BioSystems proposent aujourd’hui le BioShift, une technologie introduisant la transmission automatique sur les vélos. Une fois apparié avec un groupe électrique, le BioShift détermine le braquet optimal pour chaque situation, en fonction des performances et des données physiologiques du cycliste. Quand l’envie de sensations fortes à travers la sélection manuelle des vitesses prend le cycliste, la fonction de transmission automatique peut être désactivée à tout moment. Le BioShift permet également le changement manuel de vitesse, même quand la fonction de transmission automatique est enclenchée.

L’autonomie, une problématique qui n’en est pas une

Si l’autonomie des batteries des groupes électriques figurait parmi les principales sources de scepticisme, les constructeurs tenaient à rassurer les utilisateurs. En ce sens, une charge complète offre une autonomie de 2 000 kilomètres sur les Shimano Di2, 1 000 kilomètres sur les groupes SRAM sans fil et de 1 500 à 2 000 kilomètres sur les Campagnolo EPS. 

Groupe vélo électrique

Des avantages pratiques

Au-delà des avantages techniques les groupes électriques se prévalent de plusieurs atouts pratiques, dont le routage plus propre des câbles électriques par rapport aux câbles et gaines mécaniques. Ce critère est encore plus apprécié sur les cadres de vélos récents proposant un routage de câbles à l’intérieur des tubes de cadre.

Le groupe mécanique : une valeur sûre et fiable

Malgré tous les atouts dont se prévalent les groupes électriques, l’utilisation de ceux-ci demeure limitée à un public restreint, par rapport à leurs homologues mécaniques. Ces derniers sont en effet considérés comme plus fiables, plus faciles d’entretien, et surtout moins couteux.

Un prix plus accessible

Si les prestations des groupes électriques sont très appréciables, leur prix demeure le principal obstacle de la démocratisation de ces composants. En effet, le prix d’un groupe complet électrique (partie électrique et éléments de groupe inclus) avoisine le double du même modèle mécanique. Quand on sait d’ailleurs qu’un groupe électrique complet de gamme moyenne peut être plus coûteux qu’un groupe mécanique de classe professionnelle, il y a de quoi hésiter entre une utilisation plus agréable et des performances plus pointues. Par ailleurs, l’installation, mais surtout un éventuel dépannage d’un modèle électrique peut d’ailleurs s’avérer compliquée et nécessiter l’intervention d’un vélociste. 

Groupe mécanique vélo route

Quelques dizaines de grammes en moins

Le surpoids constitue un désavantage pour groupes électriques face à leurs homologues mécaniques, bien que les valeurs supplémentaires affichées sur la balance demeurent minimes. Pour le cas des groupes complets Shimano, le Dura Ace mécanique pèse 2 149 grammes, contre 2 219 grammes pour le Di2, soit 70 grammes en plus.

Un gage de fiabilité

Si le groupe électrique fait référence à une nouvelle technologie qui reste à appréhender par le grand public, les groupes mécaniques sont conçus selon des bases déjà éprouvées, quelles que soient les améliorations apportées par les constructeurs. Par conséquent, choisir un groupe mécanique de qualité, c’est souvent opter pour la fiabilité. Une panne mécanique du groupe peut d’ailleurs être réglée avec des notions de base, tandis qu’une panne électronique peut requérir l’intervention d’un vélociste professionnel.

Une plus large plage de configuration en vélo de route

Jusqu’ici, les groupes électriques pour vélo de route disponibles sur le marché sont dédiés uniquement à un pédalier à double-plateaux compact ou classique. Ce facteur ne manque pas de restreindre la configuration pour la frange de cyclistes qui préfère encore rouler en triple-plateaux sur route. 

Un matériel moins capricieux à l’entretien

L’entretien d’un vélo équipé d’un groupe électronique est une opération délicate. Pendant le nettoyage, il est essentiel de protéger les éléments électriques et électroniques du groupe sous peine de causer un dysfonctionnement ou des dommages irréversibles sur l’entièreté du dispositif. Une précaution s’impose également lors des sorties par temps pluvieux, bien que certains groupes comme les Campagnolo EPS soient étanches. Les groupes mécaniques en revanche sont moins capricieux et gardent toute leur performance avec un nettoyage régulier suivi d’une lubrification et une vérification périodique de la câblerie.

Groupe complet vélo route

Groupe électrique et mécanique : lequel choisir

Si le groupe électrique est avantageux à de nombreux égards, son prix demeure un critère dissuasif pour de nombreux cyclistes. Ce groupe est conseillé pour l’usage du cycliste de niveau moyen ou avancé pour en tirer le meilleur parti. En effet, les avantages seront plus notables sur des sorties fréquentes, le parcours de plus longues distances ou les séances sportives. L’entretien du groupe électrique requiert également une plus grande vigilance et de la patience. La manipulation des composants électroniques et électriques requiert une certaine notion ou l’intervention d’un vélociste.  Pour sa part, le groupe mécanique demeure l’alternative la plus fiable quand on débute dans le cyclisme ou quand on enfourche son vélo pour des sorties occasionnelles ou des randonnées de détente.

Les cyclistes en quête de performances plus aiguisées peuvent également se tourner vers un groupe mécanique haut de gamme, plutôt que d’investir dans un groupe électrique de gamme moyenne. Le groupe électrique est une technologie assez récente qui n’en est qu’à ses premières ébauches, et promet certainement des fonctionnalités plus étendues au-delà du freinage et des changements de braquets. Son prix hors de la portée du grand public en fait cependant un composant quelque peu élitiste destiné à un usage régulier ou de haut niveau. Le groupe mécanique quant à lui offre toutes les fonctionnalités qu’on attend d’un groupe pour vélo, et demeure la solution de fiabilité pour les cyclistes débutants ou ceux confirmés, qui se focalisent davantage sur les performances.