Besoin d'aide ?

PLAQUETTES VTT ORGANIQUES OU MÉTALLIQUES ?

Les plaquettes VTT organiques et métal présentent des propriétés spécifiques qui conditionnent leurs performances de freinage. Or, en XC ou en DH, les contraintes sont très différentes. Alors, quelles plaquettes pour quelle pratique ?

La question se pose souvent au moment du choix : plaquettes VTT organiques ou métalliques ? Les premières sont les plus abordables et équipent la plupart des VTT en première monte. A l’occasion d’un remplacement, il peut être judicieux de se tourner vers des plaquettes métal, à condition toutefois de s’assurer que ce choix est bien adapté à la pratique envisagée.

Plaquettes VTT : des compositions différentes

Les plaquettes VTT semi-métalliques constituent un bon compromis entre les plaquettes organiques et métalliques.
Les plaquettes VTT semi-métalliques constituent un bon compromis entre les plaquettes organiques et métalliques.

Afin de comprendre les différences entre les différents types de plaquettes de frein VTT, il faut d’abord comprendre leur conception. Les plaquettes VTT sont constituées d’un support sur lequel est apposée une garniture qui viendra en contact avec le disque de frein. La garniture est constituée de plusieurs composants chargées d’assurer la fiction avec le disque ou la résistance à la chaleur. Ces composants sont intégrés à un liant qui peut être de la résine pour les plaquettes organiques, ou du métal pour les plaquettes métalliques (ou plaquettes en métal frité, ou encore plaquettes sintered). Il existe également des plaquettes VTT semi-métal (ou semi-fritées), des plaquettes organiques incluant du métal dans le liant résine.

Plaquettes VTT : le fading, le recovering et le glaçage

Pour comprendre les contraintes appliquées aux plaquettes de frein VTT, on devra discerner les différentes phases qu’elles peuvent rencontrer. Ainsi, le fading désigne littéralement « l’évanouissement » de la puissance de freinage dû à une chaleur excessive des plaquettes. Cet état est provoqué par la détérioration des couches superficielles de la garniture, qui se trouvent dès lors comme lubrifiées. Un refroidissement permettra aux plaquettes de retrouver leur coefficient de friction. Cela peut prendre plus ou moins de temps : cette capacité à refroidir s’appelle le recovering.

La chaleur des plaquettes est transmise à l’ensemble du système du système de freinage, leur dissipation thermique est donc essentielle.
La chaleur des plaquettes est transmise à l’ensemble du système du système de freinage, leur dissipation thermique est donc essentielle.

De son côté, le glaçage désigne une modification de l’état de surface des plaquettes qui deviennent lisses et n’exercent donc plus de friction. Ce phénomène survient lors freinages prolongés à faible pression : au lieu que la matière soit arrachée, celle-ci fond et génère une couche superficielle qui empêche la friction.

Cependant, cette dégradation des plaquettes n’est pas forcément irréversible. Souvent, l’application de papier de verre, voire quelques freinages, peuvent y remédier, tout comme pour les disques qui peuvent aussi être récupérés.

Plaquettes VTT métal, organiques, céramique : mérites comparés

Les plaquettes VTT organiques offrent une très bonne efficacité dès les premiers freinages, même à basse vitesse. Leurs température de fading est en revanche moins élevée que les plaquettes VTT métalliques, tout en gardant une meilleure tolérance au dépassement, c’est à dire qu’elles perdent moins vit leur puissance de freinage. Les plaquettes organiques affichent également une durée de vie plus réduite et raison de leur matière tendre, elles ont notamment très sensibles à la boue. Atout de poids, leur tarif est très abordable, variant de 5 à 20 Euros selon le niveau de sophistication. De leur côté, les plaquettes semi-métalliques, en intégrant une dose de métal dans leur résine, repoussent quelque peu leur point de fading, mais voient aussi leur durée de vie prolongée. Elles sont également légèrement plus chères.

Les plaquettes VTT céramique Braque Authority sont une référence de tenue aux hautes températures et de durabilité.
Les plaquettes VTT céramique Braque Authority sont une référence de tenue aux hautes températures et de durabilité.

Les plaquettes VTT métalliques offrent une puissance de freinage supérieure sous la pluie et la boue et leur point de fading est bien plus élevé. Toutefois, sitôt leur limite atteinte, elles perdent très vite leur capacité de freinage. Leur durée de vie est également bien plus longue. Les plaquettes VTT métal demanderont un léger temps de chauffe, deux ou trois freinages, avant d’atteindre leur température de fonctionnement optimal. A savoir qu’elles peuvent également s’avérer un peu plus bruyantes que les plaquettes organiques. Leur prix varie de 10 à 35 Euros.

Il y a aussi le cas des plaquettes VTT céramique. Celles-ci affichent une résistance aux hautes températures encore plus élevée, elles sont particulièrement appréciées pour un usage compétition.

Quelles plaquettes pour quel usage ?

Au final, avec leurs excellentes propriétés de freinage à basse température, les plaquettes VTT organiques sont particulièrement adaptées aux pratiques impliquant des freinages ponctuels, comme le All-Mountain, le Marathon ou le Cross-Country ou l’Enduro. En revanche, pour le Donwn Hill ou le Free Ride, voire l’Enduro, les plaquettes métalliques sont particulièrement adaptées avec leur bonne résistance aux températures élevées.

Le rodage des plaquettes VTT métal et organiques

A l’instar des plaquettes automobiles, les plaquettes VTT nécessitent un temps de rodage avant de délivrer toutes leurs performances. Il est conseillé de suivre une procédure particulière afin de garantir la sécurité lors des premières sorties. Ainsi, pour les plaquettes VTT organiques, il faudra procéder à une succession de freinages brefs et légers. Pour les plaquettes VTT métalliques, le rodage s’effectuera avec une répétition de freinages appuyés et longs, dans une longue descente par exemple.