Vélo route Trek Emonda


Le vélo route Trek Emonda est bien plus que le “petit frère” du Trek Madone. Cette nouvelle monture, présentée en juillet 2014, constitue, au sein du catalogue Trek, une gamme à part entière, déclinée en carbone et en alu. Son principal objectif ? La performance autour de la légèreté et du confort. Ce Trek Emonda est donc le vélo complet par excellence, il est d’ailleurs utilisé par les pros du Team Trek Segafredo, notamment sur les étapes de montagne. La seconde génération de ce Trek Emonda a été lancée en 2018, prenant le virage des freins à disques…


@Copyright TREK - https://www.trekbikes.com/fr/fr_FR/vélos/vélos-de-route/performance-route/émonda/f/F211/

Au – presque – milieu des années 2010, Trek dispose, avec son Trek Madone, d’un vélo totalement dédié à la performance. Développé autour d’un cadre carbone monocoque (OCLV) et aérodynamique (grâce à un important travail en soufflerie), il s’adresse aux compétiteurs de haut niveau qui veulent aller vite, quelle que soit la topographie. Pourtant, le besoin d'un vélo de course, toujours orienté vers la compétition mais plus polyvalent, s'est rapidement fait sentir. Le public visé demeure celui des compétiteurs, mais une ouverture a été faite aux cyclosportifs et aux cyclotouristes – randonneurs – souvent adeptes des grandes distances. Pour eux, la vélocité s’avère sinon capitale, au moins, très importante. Pour ce faire, il importe de proposer un cadre très performant, donc rigide et léger, tout autant que confortable. Ce sera le Trek Emonda (anagramme de Madone).

1. Trek Emonda : légèreté, confort et performance

Inscrit depuis 2015 au catalogue Trek, mais officiellement lancé une petite année avant, le Trek Emonda s’adresse notamment à tous ceux qui aiment grimper, tout simplement parce qu’il fait la part belle à la légèreté. Sans se substituer à la gamme Trek Madone, il est développé en parallèle, avec d’autres qualités. D’ailleurs, n’est-il pas présenté par Trek comme LE vélo de route le plus complet du marché ? De fait, il combine un style classique (en particulier pour ce qui est de la géométrie), avec de fortes aptitudes à l’agilité.

D’un point de vue strictement esthétique, la seconde génération de ce Trek Emonda n’offre pas de réels changements perceptibles à l’œil nu. On reste sur la technique monocoque carbone OCLV (Optimum Compaction Low Void ou, en français, Compactage Optimal à Faible Vide). Pourtant, les améliorations sont réelles. Le travail du carbone, l’orientation des fibres et la modification des zones de renfort ont permis un allégement du cadre d’environ 50 g par rapport à la version antérieure. Au final, le kit cadre Trek Emonda SLR affiche un flatteur 953 g (en taille 56 et géométrie H1, avec une fourche qui pèse, seulement, 313 g) tandis que la version SL sort à 1527 g (également en taille 56, avec la fourche SL5 qui, elle, sort à 436 g). Ce substantiel gain de poids (estimé par Trek à 7%) aura nécessité environ 3 ans de recherche et de développement à l’aide du logiciel de conception maison HEEDS qui a permis de simuler toutes les données à partir d’un cahier des charges des plus exigeants. 

Outre ce régime amaigrissant, Trek peut également s’enorgueillir d’avoir rigidifié, de manière significative, son Emonda deuxième génération. Le manufacturier de Waterloo (Wisconsin – USA) annonce d’ailleurs +11% sur l’ensemble cadre et fourche, avec 1,7% de rigidité supplémentaire au niveau de la douille de direction et 7,7% de plus au niveau du boîtier de pédalier. Cela se traduit par un important gain, en termes de performances. Gain difficilement chiffrable car il varie en fonction de chaque cycliste, de son état de forme à l’instant T et de la géométrie choisie. On note également sur la génération 2019 l’apparition de la technologie Direct Mount pour le freinage à patins. Plus puissant, progressif et rigide.

La fibre carbone utilisée sur la version SLR (la plus performante) demeure la série OCLV 700. Sur la version SL, on reste sur une série OCLV 500, plus typée confort, d’autant qu’elle n’est disponible qu’avec une géométrie H2. Par contre, le process de fabrication n’a plus grand-chose à voir avec ce que faisait Trek sur la première mouture Emonda. Ledit process a largement été revu et corrigé, notamment pour ce qui est du laminage. Et puis, les bases ont été allongées afin de permettre l’utilisation de pneus ou de boyaux de section 28 mm, de plus en plus usités. Vous avez dit recherche de confort ?

Une chose est certaine, une marque leader comme Trek n’a pas d’autre choix que de s’adapter à la demande ! Voilà pourquoi une version à disques est désormais proposée en plus de la version traditionnelle dotée de freins à étriers. Montée en pneus de 28, elle permettra aux plus téméraires d’aller goûter à la pratique gravel…

2. Trek Emonda : quand l’alu fait mieux que résister

On le constate, Trek a donné un sacré coup de jeunesse et de modernité à son Emonda SLR, comme à son petit frère, l’Emonda SL. Mais le manufacturier ne s’est pas limité à cela. Sans renier le principe du monocoque carbone, il ne s’est absolument pas résolu à délaisser l’aluminium, puisqu’une version alu, Trek Emonda ALR reste inscrite au catalogue. Loin d’être une simple alternative plus accessible (en termes de prix), elle permet de mettre en exergue d’autres qualités et de toucher un public, moins expérimenté, avec, du coup, des exigences quelque peu différentes.

Si la première génération de ce Trek Emonda ALR était un alu “classique”, d’un point de vue esthétique, ledit cadre en aluminium souffrait, en termes de finition, de la comparaison avec son homologue en carbone. Avec cette seconde génération Trek Emonda, tout cela n’est qu’histoire ancienne. La totale intégration des câbles et la géométrie – enfin – identique à celle de la gamme carbone, autant que la finition irréprochable, font de cet alu un produit particulièrement attractif, d’autant qu’une version disque est ici aussi disponible. Comme pour le Trek Emonda C (la version en carbone), la priorité a été donnée au poids. Avec 1481 g (ensemble cadre et fourche en taille 56), le cadre s’avère même plus léger que la version SL (avec fourche SL5) !

Pour ce qui est du confort, un gros travail d’amélioration a été accompli par les ingénieurs Trek, mais la démarche a nécessairement été différente de celle accomplie avec les deux versions en carbone, car, on le sait, l’aluminium est un matériau qui n’offre pas la même palette de possibilités. Trek a utilisé sa série de tubes Alpha 300 en variant la section des tubes et en leur donnant des formes spécifiques, à l’aide de l’hydroformage. Cela a permis d’optimiser le confort et la polyvalence de l’ensemble.

Précisons que ce Trek Emonda ALR a adopté la seule géométrie H2, pensée pour les adeptes des longues distances, légèrement surélevée par rapport à la géométrie H1.5 et surtout par rapport à la H1 (toutes deux absentes sur ce modèle). Tout pour le confort, sans oublier la performance. Ce n’est pas dénué de bon sens !

3. Trek Emonda : une gamme particulièrement complète


@Copyright TREK - https://www.trekbikes.com/fr/fr_FR/vélos/vélos-de-route/performance-route/émonda/f/F211/

L’objectif de ce Trek Emonda, seconde génération, est d’être à la fois le vélo le plus léger et le plus polyvalent du marché ! Et, compte tenu des process de fabrication revus et corrigés, il l’est plus que jamais. Ses points forts (légèreté, rigidité accrue et aptitude à virer) en font l’un des meilleurs choix du marché lorsqu’il s’agit d’évoluer en montagne ou de se lancer sur des épreuves de longue et de très longue distance. Les compétiteurs de haut niveau, comme les amateurs qui recherchent la performance matinée de confort, y compris en cyclosport, n’hésiteront donc pas, d’autant que, concrètement (et donc commercialement), la gamme se montre à la fois riche, complète et adaptée à toutes les exigences, comme à tous les budgets.

Trois kit-cadres Emonda figurent aujourd’hui au catalogue Trek. Pour les compétiteurs purs et durs (les plus performants ?), voire pour les cyclosportifs habitués aux avant-postes dès que la route s’élève et que les distances s’allongent, la version SLR “s’impose” tout naturellement. Monocoque carbone OCLV 700, il est proposé à 3000 €, que l’on opte pour le freinage à disques ou pour le freinage “classique” à patins, sur jante. Figurant encore au catalogue (jusqu’à épuisement des stocks), la version 2019, qui adopte la géométrie H2, est proposée à 2400 €.

Pour les compétiteurs de tous niveaux, notamment ceux qui délaissent, de temps à autres, la compétition pure pour quelques joutes cyclosportives, ainsi que pour des épreuves d’endurance particulièrement exigeantes, l’Emonda SL, monocoque carbone OCLV 500, un tout petit peu moins rigide et plus confortable, est proposé à 2000 €.

Enfin, pour tous ceux qui ne souhaitent pas passer au carbone et/ou dont le budget s’avère limité, l’Emonda ALR, réalisé en alu Alpha 300, est proposé à 900 €. Un très bon choix, que ce soit en freinage à disques ou en freinage “classique” à patins, sur jante.

À partir de ces trois kit-cadres, Trek propose une grande variété de montages. Autour du cadre Trek Emonda SLR, les prix varient entre 6000 € et 10 600 € en fonction du niveau des composants et du mode de freinage. Les produits maison, Bontrager, sont mis à l’honneur, avec des groupes Shimano ou SRAM (exclusivement). Pour les femmes, différentes géométries spécifiques (selles adaptées, potences plus courtes ou cintres plus étroits) existent… Autour du cadre Trek Emonda SL, les montages sont proposés entre 1750 € et 4950 €. Là encore, les périphériques Bontrager sont mis à l’honneur et seuls des groupes Shimano ou SRAM figurent dans la liste des options. Enfin, autour du cadre alu Trek Emonda ALR, on trouve deux versions à disques montées en Shimano Tiagra (1600 €) ou Shimano 105 (1900 €). La seule version “tout monté”, Emonda ALR, constitue l’entrée de gamme Emonda. Elle aussi est proposée en Shimano Tiagra, pour 1300 €.

Comme il se doit, à ce niveau de gamme, Trek propose l’offre Project One (émaillage personnalisable – presque – à l’infini) sur l’ensemble de la gamme Emonda !

Parfait compromis entre confort, poids et performance, le Trek Emonda, que ce soit en version carbone ou en version alu, est LE vélo polyvalent par excellence. Loin d’être exclusif, il donne le meilleur de lui-même lorsque la pente s’élève comme lorsqu’il s’agit de virer à haute vitesse (par exemple, dans les descentes de cols). Sa tenue de route s’avère en effet exceptionnelle. Remarquablement fini, il est en outre proposé à des prix raisonnables. Un très bon choix, assurément.


4 commentaires

#1  - LEBRUN François a dit :

Bonsoir, le modèle EMONDA SLR 6 existe-il à patins?
Cdlt François

Répondre
#2  - Sylvain a dit :

Bonjour
Dans la gamme 2021 non c'est uniquement du disque. Il reste encore le kit cadre en Emonda SLR (2020) qui permet de faire un montage à la carte.
Sportivement

Répondre
#3  - FS a dit :

Bonjour,

le modèle EMONDA SL6 existe t'il à patins ?.
Cdt

Fabien.

Répondre
#4  - Sylvain a dit :

Bonjour
Sur la nouvelle génération non c'est uniquement du disque.
Cordialement

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot aczgs ?