Quels sont les 5 meilleurs pneus vélo route Hutchinson ?


Performance, grip, poids, résistance à la crevaison et longévité. Telles sont les qualités qu’un cycliste, quel que soit son type de pratique, demande à un pneu vélo route, avec un prix le plus minime possible. Hutchinson, qui a commencé à fabriquer des pneus de vélo en 1890 dans son usine historique de Chalette-sur-Loing (45), a toujours fait en sorte d’optimiser cet impossible oxymore, tout en proposant un montage facile et des innovations technologiques telles que le tubeless.

Hutchinson est, aujourd’hui, l’un des leaders mondiaux du pneu de vélo, aux côtés de Vittoria, Continental, Schwalbe ou Michelin (pour ne citer que ces marques-là). Ses produits, à tous les niveaux de gamme, sont une référence, d’autant que l’essentiel de sa production est “Made in France”. Mais Hutchinson, c’est d’abord une aventure industrielle hors du commun, qui a même vu des roues à jantes tubeless inscrites au catalogue !

Né en 1808 à Middleton (Essex – Angleterre), Hiram Hutchinson est pourtant Américain. Venu en France pour achever ses études d’ingénieur, il achète à son compatriote Charles Goodyear, un procédé de vulcanisation du caoutchouc et se lance dans la production de bottes … en caoutchouc, au travers de la Compagnie Européenne de Caoutchouc Souple.

En 1853, il rachète l’ancienne Papeterie Royale de Langlée à Chalette-sur-Loing, à côté de Montargis (45) et, dès l’année suivante, lance la marque commerciale Hutchinson. De diversifications en diversifications autour de la gomme de caoutchouc, puis de la silice, l’entreprise dirigée dès 1854 par son fils, Alcander, commence à produire des pneus de vélo en 1890, un an avant les premiers Bordeaux-Paris et Paris-Brest-Paris sur lesquels Hutchinson équipe quelques coureurs.

À compter de 1913, Hutchinson apparaît comme sponsor d’une équipe cycliste professionnelle, la modeste formation belge, Liberator-Hutchinson. À la toute fin des années 30, Hutchinson rejoint la formation Mercier (qui devient donc Mercier – Hutchinson) des frères Antonin et Pierre Magne, toujours coureurs. Mais c’est dans les années 50, sous le maillot violine Mercier-Hutchinson, puis Mercier-BP-Hutchinson, qu’Hutchinson arrive sur le tout devant de la scène médiatique.

Plusieurs générations de coureurs ont roulé sur des gommes Hutchinson, de Francis Pelissier à Louison Bobet, de Pedro Delgado à Thomas Voeckler, en passant par Jacques Anquetil et Raymond Poulidor… Dans les années 2000, avec la formation Saunier-Duval, c’est l’équipe pro de La Française des Jeux qui s’illustre. Viendront ensuite les équipes de Jean-René Bernaudeau, avec, aujourd’hui, et en toute logique, Total Direct Energie. En effet, Hutchinson a intégré le groupe Total, en 1974.


L’innovation “Made in France”

Présent sur tous types de pneus de vélo (course, cyclosport, cyclotourisme, mais aussi ville, BMX ou VTT), Hutchinson s’est toujours positionné à la pointe de l’innovation. En 1988, apparaît la technologie Kevlar Pro Tech, avec une carcasse renforcée par une grille textile souple et très dense, 100% Kevlar, tandis que d’autres technologies spécifiques telles que les renforts Hardskin ou Reinforced améliorent également la résistance aux crevaisons.

Après avoir compté, dès 1999 parmi les précurseurs du tubeless VTT, développant des jantes avec MAVIC, en 2007, Hutchinson devient le premier manufacturier à proposer des pneus tubeless pour vélo de route, toujours en duo avec MAVIC. De cette association naîtra, en 2008, la roue RT1 Road Tubeless Carbon.

Toujours au début des années 2000, Hutchinson lance sa première génération de Fusion, développée en partenariat avec des coureurs pros. Depuis, la gamme étendard d’Hutchinson n’a cessé de progresser, grâce aux conseils avisés des équipes pros, mais aussi des pratiquants cyclosportifs et cyclotouristes.

Le secret ? Un service R&D resté au plus près de l’unité de production (à Chalette-sur-Loing) et la ferme volonté de proposer des produits tout aussi innovants que performants. L’idée de base étant d’optimiser le dosage de caoutchouc et de silice sur une carcasse assurant le meilleur compromis “résistante à la crevaison / souplesse (donc confort)”.

Hutchinson assure 60% de sa production sur son site historique de Chalette-sur-Loing. Cela concerne les pneus haut de gamme et les chapes (à savoir la gomme d’une partie des flancs et la bande de roulement) de boyaux. Ces dernières sont envoyées en Thaïlande pour être posées sur les carcasses selon un très strict cahier des charges, élaboré par la R&D.

Aujourd'hui avec la série Hutchinson Fusion 5, toutes les divisions “automobile” et “aérospatiale” du groupe Hutchinson ont été sollicitées. Cette synergie a permis de créer 105 combinaisons de gommes. 128 000 km de banc d’essai et 34 000 km de vélo ont permis de mettre à l’honneur une gomme révolutionnaire : la HDF “alliage” de caoutchouc et de silice. Déclinée en différentes épaisseurs (0,8 ; 1,2 ; ou 1,6 mm), avec ce produit, Hutchinson possède l’une des compositions les plus abouties en termes de performance, pour un confort et une souplesse extraordinaires. Associés à un renfort anti-crevaison en polyamide Lightskin, les pneus de la gamme Fusion 5 offrent tous un excellent rendement et un bon grip. Dans cette gamme dédiée à la compétition, au cyclosport et au cyclotourisme sportif, chacun peut trouver son bonheur puisque pas moins de 6 pneus (3 tubeless et 3 pneus classiques) et un boyau sont proposés. Mais cela ne marque pas la fin de certaines références Hutchinson.


Les 5 meilleurs pneus et boyaux de route Hutchinson

Même si Hutchinson s’est spécialisé au fil des ans dans le pneu tubeless, la marque continue de proposer des boyaux et des pneus classiques (avec chambre à air) particulièrement performants, que ce soit en matière de grip, de qualité de roulement, de confort ou de résistance à la crevaison. Quelques montages et démontages, ainsi que de nombreuses heures de selle ont permis de dégager un top 5 des meilleurs produits Hutchinson.

Ce choix, loin d’être subjectif, prend en compte le poids, la performance pure, le rapport qualité/prix, le confort, le grip ou la résistance à la crevaison (qui peut être augmentée par l’utilisation d’un produit préventif, non réservé aux pneus tubeless) sans se limiter à la seule gamme Hutchinson Fusion 5.

Le prix n’est qu’un indicateur, mais en fonction du type de pratique et du niveau d’exigence, certains privilégieront le confort, d’autre le grip, d’autre le rendement et d’autre encore, la résistance à la crevaison.

1. Boyau vélo Hutchinson Pro Tour

Le Pro Tour, modèle étendard de la gamme Hutchinson, est produit en deux temps. La chape (à savoir la gomme d’une partie des flancs et la bande de roulement) faite d’une gomme très souple et très fine, sort de l’usine historique de Chalette, qui l’envoie chez un sous-traintant pour la poser sur les carcasses. Fabriqué à la main, ce Pro Tour est doté d’une carcasse en polycoton de 127 TPI et d’une chambre en latex qui en font l’un des boyaux les plus légers du marché (pesé à 261 g). Son rendement est exceptionnel et son confort unique. Grâce à un profil rainuré, cet Hutchinson Pro Tour est tout aussi performant sur chaussée détrempée que sur bitume sec, même à haute vitesse et en virage. La résistance à la crevaison est excellente, à condition de ne pas trop gonfler (pas plus de 6,5 à 7,5 bars). Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de pomper trop souvent. Un ajustement par 24h suffit. La très souple chambre à air en latex n’est que faiblement poreuse. Seul petit et très relatif bémol, ce boyau n’est disponible qu’en 700x25 et en noir. Le prix (110 €), un peu élevé, est justifié.

Les +: Adhérence – Rendement – Performance – Confort – Poids – Faible porosité de la chambre en latex.

Les -: Une seule dimension disponible (700x25).

2. Pneu vélo route Hutchinson Equinox 2 tringles souples

Ouvertement positionné en milieu de gamme, le pneu Hutchinson Equinox 2 à tringles souples s’adresse aux cyclosportifs, essentiellement pour l’entraînement par tous les temps. Ceux qui privilégient le prix (19 €) à la performance pure apprécieront également. Réalisé à partir d’une carcasse de 66 TPI, l’Hutchinson Equinox 2 est doté d’une bande de roulement à gomme noire et argentée (ou blanche), sans aucun dessin, avec plus de dureté au centre. À ce niveau de gamme, le grip s’avère tout simplement impressionnant, en particulier sur sol détrempé, sans pour autant qu’il soit fait trop de concession à la longévité (il faut compter, au maximum, 4 500 km de durée de vie). Le confort, grâce à des flancs souples, s’avère lui aussi excellent, en particulier en courbe, à haute vitesse, y compris sur chaussée détrempée. Et, c’est une – très bonne – surprise, le poids ne s’en trouve pas particulièrement affecté puisque l’on a pesé ce pneu à 222 g. Hélas, cet Hutchinson n’est disponible qu’en 700x23/25. C’est dommage car sa très bonne résistance à la crevaison, malgré une carcasse peu dense, est un indéniable atout.

Les +: Prix - Grip – Résistance à la crevaison – Longévité – Confort – Poids.

Les -: N’existe pas en 700X28, ni en 650.

3. Pneu vélo route Hutchinson Fusion 5 Galactik 11Storm Hardskin Reinforced Tubetype

Hutchinson a lancé au printemps 2017, sa gamme Fusion 5 caractérisée par une bande de roulement “100% silice”. La gomme utilisée, la HDF>5.1, n’est épaisse que de 0,8 mm. Le dessin (de toutes petites stries) n’est là que pour le look et une – très – légère augmentation de l’accroche. Trois niveaux de gamme sont proposés, mais avec une seule carcasse de 127 dpi. Le Galactik est le modèle haut de gamme. Destiné aux coursiers et aux cyclosportifs les plus exigeants, il existe en version à chambre et en tubeless ready. La version à chambre, très à l’aise sur chaussée humide, est proposée à 45 €, ce qui en fait un modèle particulièrement attractif d’autant qu’il est annoncé à 190 g (pesé 193 g) en version 700x25 (il existe également en version 700x23). D’abord testé sur sol détrempé, ce Fusion 5 Eleven Storm Hardskin Reinforced Tubetype offre un grip et un rendement remarquable, particulièrement à haute vitesse et en virages. Le confort s’est également avéré exceptionnel sur route sèche, car la déflection n’est pas excessive, notamment lorsque le gonflage n’excède pas les 7 bars. 

Les +: Rapport qualité/prix exceptionnel – Performance – Rendement – Poids – Confort.

Les -: Seulement 2 tailles disponibles.

4. Pneu vélo route Hutchinson Fusion 5 Performance 11Storm Kevlar Protech Tubetype

Positionné au milieu de la gamme Hutchinson Fusion 5, ce pneu Performance Eleven Storm Kevlar Protech Tubetype, visuellement, ne se distingue pas vraiment de son “grand frère”, le Galactik Storm Hardskin Reinforced Tubetype, même s’il a été présenté au même moment. On retrouve en effet, sur la gomme lisse et noire, les mêmes discrets dessins. Il s’agit pourtant de la gomme HDF>5.2, d’1,2 mm d’épaisseur. Certes, ce pneu Hutchinson dispose de la même carcasse de 127 dpi que le Galactik, mais il se veut beaucoup plus résistant à la crevaison grâce à son renfort Kevlar Pro Tech, tout en cherchant à préserver le poids, le grip et la durée de vie. Disponible en trois tailles (700x23/25/28), il s’affiche à 205 g (pesé à 204 g) en section 25. Le prix de 41 € en fait un excellent choix, tout particulièrement en section 28. Les adeptes de routes en mauvais état ou des pavés façon “Enfer du Nord” sauront apprécier. Le confort et les performances n’ont rien à envier à ce que propose la concurrence, d’autant que la résistance à la crevaison est tout simplement impressionnante.

Les +: Excellent rapport qualité/prix – Performance – Rendement – Poids – Confort préservé – Résistance à la crevaison.

Les -: N’existe pas en 650.

5. Pneu vélo route Hutchinson Fusion 5 All Season 11Storm Kevlar Protech Tubetype

Sans aucun doute, le pneu Hutchinson Fusion 5 All Season Eleven Storm Kevlar Protech Tubetype est le pneu le plus polyvalent de la gamme Fusion 5. La gomme de la bande de roulement, la HDF>5.3 d’1,6 mm d’épaisseur, demeure noire, mais n’est plus lisse avec de discrets dessins. Elle dispose désormais de rainures épaisses qui permettent d’accroître encore davantage l’accroche par temps de pluie, sans que le confort en soit réellement affecté. Logique, les flancs restent assez souples. La carcasse, elle, demeure identique à celle de ses grands frères, avec une densité de 127 dpi, tandis que l’on retrouve le renfort Kevlar Protech particulièrement performant, lorsque l’on parle de résistance à la crevaison. Disponible en 700x23/25/28, ce pneu est plutôt léger. Affiché à 210 g (pesé à 211 g) en section 25, il est proposé au prix très concurrentiel de 35 €. Cela en fait bien plus qu’un simple pneu d’entraînement choyé par les cyclotouristes et les randonneurs. Les coursiers et les cyclotouristes qui aiment la pluie l’adopteront sans hésiter, d’autant qu’il se monte facilement sur la plupart des jantes.

Les +: Rapport qualité/prix – Performance – Rendement – Poids – Confort préservé – Résistance à la crevaison.

Les -: N’existe pas en 650.


Il y a des recommandations à prendre pour préserver votre pneumatique Hutchinson. Notre expérience permet de reconnaître une plus grande longévité du pneu lorsqu'on le dégonfle d’environ ¾ bars après la sortie. Donc de 7 à 8 bars, vous passerez à environ 3 à 4 bars de pression. La carcasse est donc soumise à moins de pression tout comme votre jante. Même si ce n'est pas toujours indiqué, un pneumatique a une durée de vie. En effet, le caoutchouc perd son humidité et cela provoque des craquèlements sur la bande de roulage ou les flancs. Un pneu est performant environ deux à trois ans. Pour le boyau, il est préférable de le laisser sécher quelques mois avant de l'utiliser.


Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot mdnuf ?