Quel vélo route choisir ?


Choisir un vélo de route peut parfois relever du parcours du combattant tant les offres sont nombreuses. Les grandes marques automobiles du siècle dernier ont laissé place à des constructeurs spécialisés et parfois marginaux. La multitude de combinaisons et matières possibles doit permettre à chacun de trouver monture à sa convenance.

Le cycliste désirant acheter un vélo de route doit tout d’abord s’interroger sur sa pratique : sportive, compétitive, régulière, intensive, … Ainsi, il fera le compromis entre style, confort et performance.

1. Les vélos route

Les vélos endurants et confortables que l’on répertoriera dans la catégorie « cyclotourisme » sont des vélos de route avec une géométrie permettant une position très relevée du buste (angle du tube de selle) et un poste de pilotage placé en hauteur (taille de la douille de direction importante). Ces vélos sont montés de groupes de transmission à double plateaux compact voire à triple plateaux. L’étagement de la cassette y est très important pour affronter toute condition de pente sans devoir produire une force excessive.

Les vélos fitness (cintre plat) peuvent être répertoriés dans cette catégorie des vélos confortables de par leurs qualités. Leur poids et leur montage les écartent toutefois des vélos indiqués pour une pratique intensive.

Les vélos de route « cyclosport » sont des vélos dont le compromis entre confort et performance est poussé au maximum, grâce à une réduction du poids et une construction étudiée. La géométrie du cadre permet une position plus droite du cycliste que les vélos de compétition, là encore avec un buste moyennement relevé et un poste de pilotage placé en hauteur. Ces vélos sont véritablement taillés pour être proposés avec une transmission compacte ou mid-compact. La cassette propose une gamme moins large de braquets que pour les vélos cyclotourisme, le sportif régulier lui préférant un étagement avec moins d’écarts de dentures.

Le confort ou l’endurance seront améliorés par une paire de roues plus sportives filtrant les défauts et aspérités de la route et montés de pneus typés endurance.

Les vélos de « compétition » délaissent en grande partie les qualités de confort pour faire la part belle à la performance. Les cadres sont plus généralement en fibre de carbone. La rigidité de ces derniers apporte le rendement nécessaire au cycliste exigeant. En montant en gamme, les cadres de ces vélos de compétition sont alors au profil aérodynamique ou ultra léger. Les périphériques comme les roues ou les transmissions peuvent faire varier le prix de l’ensemble de plusieurs milliers d’euros pour gagner de précieux grammes ou économiser les watts du cycliste.

Vélo route Wilier Zéro SLR
Moins de 7kg pour ce vélo de compétition Wilier Zéro SLR

2. Le budget d'un vélo route

De quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d’euros voire plus de 12 000€ pour les vélos d’exception, le budget est certainement le critère numéro 1 pour choisir un vélo. A chaque gamme de prix correspondront un ou plusieurs vélos de route qui différeront selon leurs qualités.

A moins de 1500 €, on trouvera des vélos de route occasionnels ou type fitness. Ils sont généralement en aluminium et pèsent autour des 10 kilogrammes. La transmission est composée d’un groupe d’entrée de gamme à 8, 9 ou plus rarement 10 vitesses. Les constructeurs proposent ici généralement des roues premier prix solides mais aux qualités dynamiques réduites, et des composants bon marché.

A moins de 2500 € apparaissent les premiers vélos avec un cadre en carbone mais aussi des vélos aluminium de compétition. Dans cette gamme de prix, les vélos sont plus équilibrés : groupe de gamme moyenne, roues endurantes et performantes, périphériques choisis. Ce sont les vélos de compromis.

Pour les premiers vélos à groupe électronique (ils se somment Di2, eTap ou EPS), il faudra compter au minimum 3000€. A ce prix, ils concurrencent les vélos montés de groupe haut de gamme qui n’apparaissent peu ou pas en dessous de 4000 €.

Enfin, pour s’offrir les vélos très haut de gamme ou d’exception, il faut compter un budget souvent supérieur à 6000 €. La technicité comme l’exclusivité ont un prix, ces vélos étant étudiés par des ingénieurs, en analyse des matériaux comme pour leur rendu en soufflerie, puis éprouvés par les meilleurs cyclistes du monde pour exprimer des qualités hors du commun.

Vélo route Focus Izalco Race 9.8
Focus Izalco Race 9.8, un vélo équilibré à moins de 2500 €

3. La bonne taille d'un vélo route

52, 56, S, L, 650 … Quelle taille de vélo choisir ? Tout d’abord il n’y a pas d’uniformité dans la taille des cadres. Aussi trouvera t’on les dénominations classiques du prêt à porter XS, S, M, L, XL chez certains constructeurs, autant de nombreux utilisent une numérotation (50, 52, 54, …) indiquant la taille du cadre en centimètres. Cette taille correspond en principe à la hauteur du tube de selle, mesurée depuis l’axe de la boite de pédalier à l’axe du tube supérieur horizontal (ou son équivalent virtuel pour les cadres avec un tube supérieur présentant un profil sloping). Il peut s’agir également de la longueur du tube horizontal, réel ou virtuel. Il convient donc de faire attention au guide des tailles de chaque marque afin de bien reporter les côtes et mesures du cycliste.

Exemple guide des tailles d’un vélo route
Exemple d’un guide des tailles d’un vélo

Les deux mesures fondamentales à reporter pour le cycliste sur un vélo sont la hauteur de selle et le recul de selle. La hauteur du cadre et l’angle du tube de selle sont donc déterminants pour le choix du cadre.

Ensuite, le report de la distance selle-cintre et le drop (différence de hauteur entre la selle et le cintre) influeront sur le confort ou la performance de la position du cycliste. Ce sont ici les longueurs du tube horizontal et la hauteur de douille qui joueront directement sur les possibilités de positionnement.

Par exemple, un cycliste loisir avec des problèmes dorsaux n’aura aucun intérêt à acheter un cadre de compétition avec une douille de direction de moins de 15 centimètres.

Pour le cycliste débutant, il n’est pas rare de voir les calculs empiriques pour choisir sa taille de cadre.

La méthode Lemond indique HS = EJ x 0,833. A partir de là vous pouvez choisir la hauteur de votre cadre.

HS : hauteur de selle / EJ : mesure de l’entrejambe du cycliste.

Si l’empirisme ou l’expérience ne permettent pas de vous positionner sur un vélo, le meilleur choix est sans doute de vous offrir une étude posturale. Les quelques dizaines d’euros à y consacrer seront un atout important pour choisir le bon vélo et surtout gagner en confort et en performance par la suite.

4. Les composants d'un vélo route

4.1 Les groupes

Au 1er rang des composants d’un vélo route l’on trouve le groupe de transmission. Shimano, Campagnolo, Sram mais aussi FSA ou Rotor se partagent le marché et proposent une gamme très large. De 8 à désormais 13 vitesses, mono, double ou triple plateau, Compact, mid-compact, la multitude des braquets disponibles peut vite devenir un casse-tête pour choisir son vélo.

Si les triples plateaux étaient autrefois réservés aux cyclistes occasionnels et montagnards, les pédaliers compact (autorisant des plateaux plus petits que les historiques 38 dents) ont modifié la donne avec des petits plateaux de 30 à 36 dents permettant aux cyclistes sportifs d’affronter les nombreuses conditions rencontrées.

Les dérailleurs arrière à grande chape permettent eux une large gamme de rapports et des pignons supérieurs aux 30 et même 34 dents !

Finis donc les vélos de coursier équipés du 53 x 11 à 42 x 23 pour tous ! Désormais, l’étagement des vitesses est un bon critère de choix de votre transmission.

Dans la gamme des fabricants, il existe des groupes pour toutes les bourses. Outre le nombre de vitesses, c’est la technicité, le choix des matériaux et le poids qui détermineront la qualité d’un groupe. Avec déjà plus de 2 kilogrammes pour les groupes haut de gamme, et presque 3,5 kilogrammes pour les plus accessibles, le groupe pèse pour près du tiers du vélo !

Dans l’univers du haut de gamme, on trouve aussi les groupes électroniques. Di2, EPS ou eTap, ces dénominations font désormais partie du monde du vélo de route. Avec Shimano et Campagnolo, le progrès des batteries, qui sont intégrées dans le cadre, permet une utilisation quotidienne prolongée des vélos à transmission électronique avec 1 seule recharge, apportant un réel confort d’utilisation. Du côté de chez Sram qui propose une transmission sans fils, les batteries identiques et de taille réduite pour les dérailleurs doivent permettre une semaine d’utilisation intensive sans recharge.

Revers de la médaille de ces groupes électroniques, il faudra bien évidemment penser à effectuer la recharge en temps voulu et le panachage des pièces entre différentes marques est, dans le cas des groupes électroniques, impossible.

Groupe sans fils Sram Red eTap AXS 2 x 12 vitesses
Groupe sans fils Sram Red eTap AXS 2 x 12 vitesses

4.2 Disques ou patins ?

Désormais partagé entre les vélos à disque et ceux à patins, le marché des vélos route a connu sa révolution. Le confort et la qualité de freinage du disque dans toutes les conditions et notamment sous la pluie en font un compagnon idéal du cycliste, de même que son toucher plus progressif. Toutefois, ils réclament un suivi régulier et demandent un réglage précis. Les groupes avec freins à disques sont également plus lourds que leurs homologues à patins qui conservent aussi la primeur pour la facilité d’utilisation au quotidien. Le changement des patins de frein selon les conditions météorologiques ou le type de roues utilisé en sont le principal défaut.

Choisir entre les deux systèmes de freinage dépend dont principalement des envies et de la pratique de son utilisateur.

4.3 Selle

Longtemps, les selles pour vélo de route avaient peu ou prou toutes la même forme. Large et courte pour les femmes, plus longue et étroite pour les hommes. Seule la rigidité ou la souplesse des matières et des garnitures différenciant les modèles. Désormais, les selles de vélo de route s’adaptent à la morphologie du cycliste, quel que soit son sexe.

Largeur et longueur sont toujours les valeurs étalon du descriptif de la selle, mais sur les 2 parties de la selle : son assise et son bec. Ses valeurs doivent être choisies en fonction de l’anatomie du cycliste et notamment de la distance entre les ischions. Les marques proposent d’ailleurs des outils pour choisir une selle adaptée.

N’oublions pas que le vélo est un sport dit « porté » et que le cycliste est assis sur sa selle de longues heures durant.

3 formes de selle
3 formes de selle

4.4 Potence et cintre

Assis sur sa selle, le cycliste pilote son vélo grâce à un deuxième point d’appui entre ses mains et le cintre. Le choix de l’ensemble cintre/potence va influer directement sur la position du cycliste et la précision du pilotage.

En dehors des notions de matière et de poids, une potence est caractérisée par sa longueur (en mm) et son inclinaison (en degrés). La bonne combinaison permettra au cycliste d’être à l’aise sur sa monture et dépendra de la longueur de son tronc et de ses membres supérieurs.

Le cintre de vélo de route possède lui 3 mesures caractéristiques principales : largueur (en cm), drop (hauteur entre le haut et le bas du cintre) et reach (profondeur entre l’axe de fixation du cintre à la potence et la partie la plus avancée du creux du cintre).

La largeur d’un cintre devrait correspondre à celle des épaules du cycliste pour un confort et une efficacité maximale. Posé sur sa monture, le cycliste a les bras et les mains dans le même alignement.

Concernant hauteur et profondeur de cintre, celles-ci sont également influencées par la forme du cintre.

Le cintre classique est également appelé rond ou Shallow. Drop et Reach sont ici les plus prononcés. Dédiés à la performance, ils permettent une allonge supérieure du cycliste selon la position de ses mains.

La variante dite anatomique ou ergonomique des cintres classiques intègre un méplat dans le creux du cintre. Celui-ci tend à optimiser la position du cycliste lorsqu’il pose les mains dans le creux du cintre.

Le cintre Compact a lui des dimensions de Drop et de Reach réduites. Les changements de position sont plus rapides et n’influent que très peu sur les angles d’inclinaison des membres supérieurs du cycliste. Le confort en est donc le principal atout.

L’apparition de cintres aérodynamiques ou tout intégré doit appeler à la vigilance. Leur forme en fuselage ne correspondra pas à toutes les mains et le réglage de leur inclinaison primordial pour éviter douleurs ou engourdissements. Quand ils conviennent, c’est un atout supplémentaire pour la performance.

Cintre intégré Bontrager XXX
Cintre intégré Bontrager XXX

4.5 Pédales

Apparues dans les années 1980, les pédales automatiques pour vélo de route sont désormais la norme. Son inventeur Look possède toujours l’avantage du nombre mais voit en face des concurrents comme Time, Speedplay ou le généraliste Shimano. En dehors du budget, choisir une paire de pédales relève plus des affinités avec une marque que d’un critère de qualité pure. Entre les marques c’est l’interface pédales / chaussures qui diffère. Speedplay propose des cales 4 points métalliques, les autres marques étant toujours en 3 points polymère. Vérifiez donc vos chaussures avant de vous lancer…

Chaque compagnie propose des modèles à déchaussage plus ou moins dur. Cette valeur de contrainte peut être ajustable, fixe ou prédéfinie (tension 8, 12 ou 16 chez Look par exemple).

Plus que la surface d’appui, les libertés angulaires d’une pédale en font ses caractéristiques. Elles doivent correspondre aux besoins de chaque cycliste pour un mouvement de rotation du genou naturel. Time proposant ici un autre mouvement, la liberté latérale. Chaque pédale possède aussi un Q-factor (distance entre les axes de pédale) propre, parfois modifiable en changeant l’axe.

En montant en gamme de pédales, elles s’allègent via l’utilisation de matériaux comme le titane (axe) et le carbone (corps), et s’équipent de roulements de qualité supérieure.

Attention donc au choix des pédales mais surtout au changement de celles-ci qui doivent d’accompagner d’un ajustement des réglages. Même au sein d’une même marque, les valeurs de hauteur entre l’axe de la pédale et la chaussure sont parfois différents de plusieurs millimètres.

Choisir un vélo de route n’est pas un exercice facile ni à prendre à la légère. Entrer dans un budget ne suffit pas, il convient de bien cerner vos besoins et votre profil. Votre vélo doit s’adapter à ceux-ci et, en choisissant un cadre adapté à votre profil, un groupe à votre goût, des roues indiquées pour votre pratique et des composants à l’image de votre morphologie, soyez sûr que vous trouverez tout le plaisir de rouler.


2 commentaires

#1  - Titi78 a dit :

Ne pas parler de décathlon est la limite de vote article

Répondre
#2  - Sylvain a dit :

Bonjour
Dans cet article nous présentons ce qui doit faire le choix d'un vélo de route. En bas d'article vous retrouvez des vélos qui sont dans notre boutique. Nous réalisons également des tests sur certains modèles. Décathlon n'a jamais répondu à nos sollicitations de tests et ce sur plusieurs demandes. Dans ce cas difficile de parler d'un produit que l'on ne connait pas et sur lequel on a pas roulé. Dommage.....
Cordialement

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot mxqjgr ?