Repas cycliste

Le repas cycliste est un volet auquel il faut accorder une attention particulière, en ce sens qu’il affecte la performance et limite les risques que peut engendrer un effort intensif sur la santé. Le repas peut d’ailleurs s’avérer stratégique dans la gestion de l’énergie du cycliste par rapport à l’effort investi lors d’une sortie ou d’une compétition.

Repas cycliste : un volet stratégique

Le repas cycliste revêt une importance capitale, que l’on pratique sur un vélo de route ou un VTT. Il doit faire l’objet d’un suivi rigoureux, avant l’effort à titre de préparation, pendant l’effort pour gérer les réserves énergétiques et après l’effort pour améliorer la récupération et réparer les dommages occasionnés sur les cellules de l’organisme. Les repas du cycliste sont formulés selon des solutions variables, permettant une prise selon les besoins et les préférences du cycliste. On peut citer le cas des boissons énergétiques à diluer dans un bidon vélo, des gels énergétiques et shooters, des gâteaux, mais aussi des barres énergétiques. Les compléments alimentairesne sont pas en reste, et permettent au cycliste d'améliorer ses réserves pendant la période de préparation.

Choisir ses repas avant, pendant et après l’effort à vélo

Chaque cycliste peut choisir les repas qui lui conviennent selon ses préférences, mais aussi selon la stratégie diététique qu’il a établie. Avant l’effort, il est possible de mieux se préparer grâce aux recharges énergétiques Apurna ou Overtim’s, ainsi que les compléments alimentaires Isostar. Pendant l’effort, il est conseillé de prendre des barres ou boissons énergétiques PowerBar, Xenofit, Apurna ou encore Fenioux. Les gels énergétiques Isostar, Overtim’s, Apurna et d’autres marques procurent quant à eux, un effet coup de fouet, nécessaire pour les efforts courts et intenses. Le repas après l’effort ne doit pas non plus être négligé, à l’exemple des boissons et barres de récupération Apurna et PowerBar.

Les produits les plus appréciés