Compteur vélo GPS

Depuis quelques années, la technologie GPS a envahi les objets de notre quotidien. De la voiture à notre smartphone, elle est aussi présente dans les compteurs vélo. Autrefois équipés de capteurs magnétiques enregistrant la vitesse de rotation d’un aimant placé sur la roue, les compteurs vélos GPS sont dorénavant autonomes, fiables et résolument modernes. Cette technologie a tout simplement révolutionné le compteur vélo.

La technologie GPS

GPS est un acronyme anglais pour « Global Positioning System » qui signifie littéralement Système Mondial de Positionnement. Le GPS désigne en fait la technologie du système de positionnement par satellites et, par métonymie, les appareils électroniques capable de se localiser.

Il existe en fait plusieurs systèmes de positionnement par satellites (GNSS) : GPS et son évolution DGPS (solution historique la plus connue), Glonass, Galileo, Compass… Chacun se caractérise par son développeur et propriétaire (un état ou un groupe d’états) et sa précision.

Par métonymie et commodité d’usage, on utilisera le terme « compteur GPS » pour désigner un compteur utilisant un système de positionnement par satellites.

Le compteur vélo GPS

Apparus au début des années 2000, les compteurs vélo GPS permettaient dans un premier temps de mesurer les métriques de base (vitesse, distance, altitude), de déterminer la position du cycliste sur une carte et de le guider.

L’évolution des compteurs vélo GPS a été ensuite fulgurante, se concentrant sur 2 axes de développement :
- la simplicité de l’usage
- la technologie

La simplicité est caractérisée par l’absence d’aimants et capteurs à monter sur son vélo et ses roues. Les compteurs traditionnels obligeaient à une manutention parfois contraignante : quel cycliste ne s’est jamais retrouvé sans information sur son compteur suite à un simple changement de roue !

Les modèles de compteur GPS Vélo les plus « simples » se contentent donc de mesurer et d’afficher les différentes métriques via le système de localisation par satellite : vitesse, temps, distance, altitude, odomètre, cadence (avec un capteur additionnel). En évoluant dans la gamme des modèles, on pourra alors retrouver d’autres possibilités de données : température, dénivelée, fréquence cardiaque, puissance, …

Puis viennent les éventuelles données de cartographie. Chaque marque sera caractérisée par une cartographie en marque propre ou globale. Open Street Map (OSM) en est une libre et reprise par de nombreuses autres, dont son dérivé Open Cycle Map, spécifique aux vélos. En France, l’IGN fournit des cartes topographiques à échelle réduite (1/25 000), idéales pour les balades à VTT. En Belgique, son équivalent est le NGI.

Si le cap à suivre est une donnée basique, les options de navigation (guidage), de suivi de trace (le fichier du parcours est préalablement transféré sur le compteur) ou d’itinéraire sont à prendre en compte pour les utilisateurs souhaitant utiliser les capacités maximales du GPS.

Pour utiliser des cartes, le compteur vélo GPS aura besoin d’un espace de stockage adéquat. Cet espace peut être interne ou externe (carte SD ou micro SD) et sa taille influera la quantité de cartes pouvant être installées (les cartes topographiques sont disponibles par zone géographique).


Guidage GPS
Guidage GPS

GPS sur grand écran

L’écran doit certainement entrer en ligne de compte pour qui veut choisir un compteur vélo GPS. On en dénombre en effet de différentes tailles, permettant d’afficher une ou plusieurs lignes de données, des cartes en couleur, … Sur les modèles haut de gamme, tout l’affichage est paramétrable, et des widgets sont également disponibles. L’écran du compteur vélo GPS peut également être tactile et influencera alors l’ergonomie de celui ci en remplaçant ou complétant les boutons physiques.

La qualité du rétroéclairage, la luminosité de l’écran sont des caractéristiques importantes pour assurer une bonne lisibilité du compteur vélo GPS en extérieur et notamment en plein soleil.

Pour fonctionner, les écrans ont besoin de plus ou moins d’énergie, les plus grands et lumineux réduisant l’autonomie du compteur vélo GPS. Celle ci peut être de quelques heures à plusieurs dizaines d’heures pour les plus économes.

Les certifications IPX7 des compteurs garantissent une résistance à l’immersion, la protection IPX3 étant minimale pour garantir l’utilisation sous la pluie.


Un écran couleur de 3,5 pouces affichant de nombreuses données
Un écran couleur de 3,5 pouces affichant de nombreuses données

Des compteurs vélos connectés

Dotés de technologie de communication sans fils ANT+ et/ou Bluetooth, les compteurs vélo permettent d’afficher les données d’un accessoire compatible comme la cadence, la puissance ou la fréquence cardiaque.

Plus évolués et dotés d’un espace de stockage, ils permettent d’enregistrer les activités, d’intégrer des cartes topographiques et un éventuel logiciel de navigation.

Grâce à la technologie Bluetooth, les compteurs GPS vélos peuvent également être connectés au Smartphone, à l’ordinateur (ou tablette) ou au groupe électronique du vélo.

Le compteur vélo GPS connecté au smartphone permet le partage d’informations et le contrôle d’applications (messages, appels, musique, navigation). Le compteur devient ainsi un vrai appareil communiquant.

Connecté à l’ordinateur ou à la tablette, le compteur vélo GPS peut exporter les activités enregistrées ou importer les données de parcours d’une application.

Enfin, une fois connecté au groupe électronique de votre vélo, le compteur vélo GPS peut partager des informations et notamment recevoir celles concernant l’autonomie de la batterie, le braquet, le nombre de changements de vitesses, …


Capteurs de cadence, de vitesse et cardiaques sans fils connectés au compteur
Capteurs de cadence, de vitesse et cardiaques sans fils connectés au compteur

La Précision GPS

Comme on l’a vu, les différents systèmes de localisation utilisant les technologies satellitaires ont une précision et un temps d’acquisition de signal propres à chacun. Si autrefois le système GPS était limité à une précision de 10m, cette limitation n’est plus d’actualité et autorise une précision garantie de 10 mètres et pouvant descendre sous la distance de 3 mètres.

Cependant, en raison du modèle de mesure utilisé, l’altitude GPS, elle, n’est pas une donnée fiable et nécessite des corrections. Celle-ci se fait soit par carte d’altitude après l’activité, soit par carte d’altitude installé dans le compteur, soit par l’utilisation d’un baromètre intégré au compteur.

Et Glonass ?

De nombreux compteurs utilisent dorénavant une puce électronique GPS et une puce Glonass (système de localisation russe). Quel en est l’intérêt ?

Pour ceux qui penseraient que cela permet d’utiliser les 24 satellites GPS et les 24 satellites GLONASS pour améliorer la précision, c’est raté ! Les signaux ne sont pas compatibles entre eux et ne permettent pas cette efficacité théorique.

Toutefois, grâce à l’utilisation combinée des 2 systèmes, le temps d’acquisition du signal est réduit.

Il faut en effet 4 satellites (7 ou 8 en pratique) pour localiser l’appareil. En utilisant les 2 systèmes, on double ses chances d’accrocher les satellites nécessaires, permettant ainsi de débuter son activité rapidement après l’allumage du compteur vélo GPS + GLONASS.

Le tableau n’est pas tout noir cependant : la précision est bien améliorée dans un cas précis, lorsque les conditions sont difficiles. Que ce soit en ville (entre bâtiments urbains de grandes hauteurs), en forêt, en montagne, où à l’intérieur de bâtiments. De par sa technologie, la couverture GLONASS permet dans ces conditions de meilleurs rendus, et son activation est à conseiller donc pour les vététistes et les cyclistes urbains.

Certains compteurs vélo GPS ont également intégré les puces Beidou BDS (propriété de la Chine et couverture Asie-Océanie), QZSS (propriété du Japon et couverture du Japon) ou Galileo. Cette dernière technologie, créée par l’Union Européenne et l’agence Spatiale Européenne, est encore en cours de déploiement (24 satellites sur 30 opérationnels) mais permet une précision inférieure à 4 mètres. Son signal est d’ailleurs compatible avec GPS, permettant une augmentation de la précision lors de la combinaison des deux.


Le compteur Bryton compatible avec tous les systèmes de localisation dont Galileo
Le compteur Bryton compatible avec tous les systèmes de localisation dont Galileo

Applications

Grâce à leur connectivité et leur espace de stockage, les compteurs vélo GPS permettent une vraie analyse des données via les applications dédiées. Certaines sont spécifiques aux marques de GPS, comme Garmin Connect, PolarFlow, Bryton Active ou Sigma Data Center, indispensables pour le téléchargement des activités du compteur ou transmettre des données.

L’application Strava est certainement une des plus populaires : cette application sociale de comparaison d’efforts, permet également de tracer des parcours ou d’analyser ses entrainements.

Pour tracer des parcours ou des itinéraires, on retrouve les services en ligne comme OpenRunner, mais aussi les applications GPSies ou Komoot. Certaines fonctionnent d’ailleurs directement sur le compteur vélo GPS.

Il existe également de nombreux services en ligne dédiés au suivi et à la planification d’entrainement. Ces « plateformes » sont notamment utilisées par les cyclistes professionnels ou de haut niveau. Parmi elles, Velobook ou TrainingPeaks (en anglais), VeloHero, 2Peak, Nolio …

Toutes ces applications reconnaissent une majorité des compteurs vélo GPS pour le téléchargement direct des données. La connectivité est assurée soit sans fil (Bluetooth, Wifi ou ANT+) soit par câbles (USB).


Application Strava intégrée au compteur
Application Strava intégrée au compteur

Les marques

Référence des assistants de navigation GPS pour les véhicules motorisés, la marque Garmin a été la pionnière sur le marché des compteurs vélo GPS. Cette révolution du compteur vélo a été suivie par les historiques marques présentes sur le marché du cycle comme Sigma ou Polar l’inventeur de la montre cardiofréquencemètre.

Cette avancée technologique a permis l’émergence de nouvelles marques, comme l’asiatique Bryton, les américaines Wahoo et Lezyne, toutes créées au cours des années 2000.

Quel compteur vélo GPS choisir ? Pour se décider, il faut bien évidemment cerner l'utilisation que vous allez en faire. Occasionnel, régulier, sportif de haut niveau, chacun n’aura pas les mêmes besoins, notamment en termes de recueil et d’affichage de données. A écran tactile, connecté, avec une cartographie intégrée, les combinaisons sont en effet multiples.