Besoin d'aide ?

COMMENT ET QUAND ENTRETENIR SA FOURCHE DE VTT ?

La fourche de VTT figure parmi les composants les plus sollicités que ce soit sur un VTT semi-rigide ou suspendu, et se doit d’être entretenue avec rigueur pour assurer le confort et la sécurité du vététiste.

Une fourche mal entretenue verra ses performances ténues, mais peut également montrer des signes de défaillance et déstabiliser le VTT sur un passage technique. Une fourche bien entretenue, quant à elle, s’avèrera plus efficace, plus fiable et plus durable. Quels sont les gestes à adopter pour entretenir convenablement sa fourche de VTT et à quelle période, ces opérations doivent-elles être réalisées ?
Entretien fourche VTT


Après chaque sortie : un entretien régulier

Quel que soit la marque ou le modèle de fourche installé sur un VTT, un entretien basique et une inspection s’imposent après chaque sortie. Cette opération permettra de préserver l’aspect esthétique du matériel, mais aussi de déceler les éventuels dommages pour éviter de les aggraver à la prochaine sortie. Elle ne requiert aucun démontage de la roue de VTT, ni du jeu de direction. Cet entretien basique consiste à :
- essuyer les plongeurs et les fourreaux et les joints spi de la fourche avec un chiffon doux ou légèrement imbibé d’alcool isopropylique pour retirer la saleté accumulée sur le parcours - inspecter les plongeurs pour déceler une éventuelle éraflure ou un dommage occasionné par un choc
- lubrifier légèrement les joints spi pour éviter le durcissement et le craquement prématuré du caoutchouc
- vérifier la pression d’air sur les fourches à suspension pneumatique. La pression requise en fonction du poids du vététiste est souvent renseignée sur un des fourreaux de fourche
- essuyer l’excédent de lubrifiant pour éviter l’accumulation de poussière.

Toutes les 50 heures en moyenne : une vidange du bain d’huile de la fourche VTT

L’utilisation régulière du VTT dans des conditions humides et le lavage peut entrainer une infiltration d’humidité dans les fourreaux de la fourche. L’huile est également usée par les contraintes de pression et de chaleur à l’intérieur des fourreaux. Une vidange périodique de cette huile garantit le maintien de la performance de la fourche, mais surtout, étend la durée de vie de celle-ci. Une vidange est conseillée toutes les 40 à 60 heures d’utilisation. Cette période varie selon le modèle de fourche, mais aussi l’intensité d’utilisation du VTT.

Les outils nécessaires

- Une clé Allen de 5 mm pour dévisser la vis de détente et l’écrou d’air à la base des fourreaux. Sur certains modèles de fourches, ces molettes se dévissent avec une clé Allen de 4 mm ou une clé pipe de 10 mmU
- un maillet
- de l’alcool isopropylique pour dégraisser et nettoyer
- un chiffon propre pour essuyer les composants de la fourche
- de l’huile de suspension de viscosité 15W

Vidanger une fourche VTT

Quelques précautions

Sur les fourches équipées d’un réglage de détente au guidon du VTT, il est nécessaire de retirer préalablement l’installation câblée sur le plongeur de détente (côté droit). Pour les fourches à suspension pneumatique, il est conseillé de dépressuriser préalablement la chambre à air (côté gauche). Pour éviter à l’huile de couler pendant la vidange, il est conseillé de travailler en mettant la fourche dans une position horizontale.

L’opération de vidange

Pour effectuer la vidange de la fourche de VTT, on commence par dévisser partiellement la molette de réglage de rebond et l’écrou d’air à la base des fourreaux. On garde les clés de dévissage sur les molettes pour donner quelques coups de maillet dessus, afin de libérer les pistons dans les fourreaux. Une fois les pistons débloqués, on dévisse complètement la molette de réglage de rebond et l’écrou d’air pour pouvoir retirer les fourreaux et vider leur contenu. Pour finaliser le nettoyage, on vaporise de l’alcool isopropylique à l’intérieur des fourreaux, avant d’essuyer les tubes avec un chiffon doux et sec. On procède de même sur les plongeurs et les tiges de plongeurs et les joints racleurs, puis on inspecte tous les éléments pour déceler d’éventuelles éraflures ou signes d’usure.

Le remontage de la fourche

Pour faciliter le remontage des fourreaux et assurer une meilleure étanchéité, on lubrifie les joints racleurs avec de la graisse pour caoutchouc. On installe par la suite les fourreaux à mi-position sur les plongeurs sans aller en buttée, puis on incline la fourche dans un angle de 45 ° dans une position inversée pour permettre l’injection de l’huile par la base des fourreaux. À l’aide d’une seringue ou d’une burette, on injecte l’huile de suspension dans les fourreaux, en respectant rigoureusement les quantités indiquées par les constructeurs. La quantité d’huile varie généralement de 10 à 30 ml selon le modèle de fourche. Pour les fourches de VTT RockShox Reba, Recon et Revelation Air, elle est de 15 ml. On enfonce finalement les fourreaux en buttée pour resserrer la molette de réglage du rebond et l’écrou d’air, puis on vérifie la pression d’air sur le bras gauche de la fourche.

Toutes les 100 heures en moyenne : une purge et une révision complète de la fourche VTT

Hormis la vidange du bain d’huile des fourreaux, une révision complète est requise sur les fourches de VTT. Cette révision est conseillée toutes les 100 heures d’utilisation en moyenne. Cette opération implique un démontage complet de tous les composants de la fourche, des fourreaux aux cartouches de détente et d’suspension pneumatique ou mécanique.

Les outils nécessaires

- Une clé Allen de 5 mm ou de 6 mm pour dévisser la vis de réglage du rebond et l’écrou d’air à la base des fourreaux. Sur certains modèles de fourches, ces molettes se dévissent avec une clé Allen de 4 mm ou une clé pipe de 10 mm
- une clé polygonale ou une clé à douille de 17 mm, de 24 mm ou de 26 mm (selon le modèle de fourche) pour retirer la cartouche de détente et le capuchon de la chambre à air
- une clé Allen de 2 mm pour libérer la molette de détente sur les fourches VTT Fox
- une pince à circlips pour libérer les tiges des plongeurs
- un maillet
- de l’alcool isopropylique pour dégraisser et nettoyer
- un chiffon propre pour essuyer les composants de la fourche
- de l’huile de suspension de viscosité 15W.

Quelques précautions

Sur les fourches équipées d’un réglage de détente au guidon, il est nécessaire de retirer préalablement l’installation câblée sur le plongeur de détente (côté droit). La dépressurisation de la chambre à air est impérative pour réaliser cette opération. Pour éviter à l’huile de couler pendant la vidange, il est conseillé de travailler en mettant la fourche dans une position horizontale. Il est important de réaliser la révision sur un plan de travail propre et bien organisé. L’emplacement de chaque composant de la fourche doit être mémorisé pour éviter les complications lors du remontage.
Entretien plongeurs fourche VTT

Le démontage de la fourche

Pour démonter la fourche de VTT, on commence par procéder de la même manière qu’avec une vidange de bain d’huile pour retirer les fourreaux. On vient ensuite dévisser la cartouche de détente sur le bras droit de la fourche en s’aidant d’une clé polygonale ou d’une clé à douille, puis on retire la cartouche délicatement pour vider le contenu du plongeur. Sur certains modèles, comme les fourches VTT Fox Float 32, trois vis doivent être dévissées partiellement au niveau de la molette supérieure de détente pour libérer cette dernière. Le desserrage de ces vis nécessite une clé Allen de 2 mm.

Sur le bras gauche, on dévisse le capuchon supérieur pour vider l’huile contenue dans le plongeur. On retire le ressort hélicoïdal pour les fourches à suspension mécanique, ou le piston d’étanchéité pour les fourches à suspension pneumatique. Pour certains modèles de fourches mécaniques, le ressort hélicoïdal se retire par le bas des plongeurs. À la base des deux plongeurs, on retire la rondelle de maintien avec une pince à circlips ou un tournevis plat, selon le cas de figure. On peut alors retirer les tiges de plongeurs, ainsi que la chambre à air sur les fourches à suspension pneumatique. On peut avoir affaire à deux chambres, une positive et une négative sur certaines fourches.

La vérification et remplacement des joints

À ce stade, on peut passer au nettoyage de chaque composant de la fourche avec de l’alcool isopropylique et à l’inspection pour déceler d’éventuels dommages sur le matériel. Il est fortement conseillé de remplacer les joints pour assurer une parfaite étanchéité des chambres de la fourche et une fonctionnalité optimale.

Le remontage de la fourche

Après nettoyage, les tiges peuvent être réinsérées dans les plongeurs. On peut optionnellement régler les entretoises de débattement de la fourche avant de remettre les tiges en place. Les joints peuvent être lubrifiés avec de l’huile de viscosité 5W pour faciliter le montage. Les cales, les rondelles et les joints doivent être remis à leur emplacement respectif avant de verrouiller les tiges avec des circlips. Côté détente (bras doit de la fourche), on verse de l’huile de quantité 5W par le haut du plongeur, en respectant rigoureusement le volume indiqué par le constructeur. Sur les fourches VTT RockShox, la quantité d’huile nécessaire est de 120 ml sur les Pike, 110 ml sur les Reba et 115 ml sur les Revelation. Sur les fourches Fox, elle est de 150 ml sur les séries RL, RLC et RLT. Sur les autres marques de fourches, cette quantité peut varier de 15 à 200 ml. On insère ensuite délicatement la cartouche de détente préalablement graissée au niveau du filetage, et on visse à l’aide d’une clé polygonale ou d’une clé à douille.

Côté suspension, on verse 5 ml d’huile de suspension de viscosité 15W ou 20W avant de remettre en place le piston d’étanchéité et de visser le capuchon dont on a préalablement graissé le filetage. L’huile introduite dans la chambre à air aura pour rôle de préserver les joints tout en améliorant l’étanchéité. On finalise le remontage de la fourche en installant les fourreaux, et en lubrifiant selon le procédé de vidange du bain d’huile. Quel que soit le modèle de fourche dont on dispose, un entretien rigoureux et à jour permet de préserver sa fonctionnalité optimale et d’étendre sa durée de vie. Si chaque modèle de fourche peut avoir sa propre configuration, l’entretien peut être réalisé selon les mêmes bases et procédés. Il faut toutefois noter que l’entretien, notamment celle impliquant un démontage d’une fourche de VTT est une opération délicate, en ce sens que chaque composant doit être remis à sa place bien précise. Il est par conséquent essentiel de réaliser l’entretien dans un espace de travail propre et bien organisé.